Comme promis, voici un article sur les moyens de contraception. Je vais te faire une liste exhaustive qui te permettra d’avoir toutes les solutions sous les yeux pour faire les meilleurs choix.

T’informer sur ce sujet me paraît indispensable. Les gynécologues informent mais ne proposent que peu de modes de contraception. Nous connaissons le nom de multiples pilules mais moins les techniques alternatives qui peuvent s’avérer efficaces !

Petit préalable pour que les choses soient claires : aucun moyen de contraception n’est sûr à 100% ! y compris les moyens mécaniques que tu verras citer plus bas. Pourquoi ? Chaque femme est différente et réagit à sa façon à chaque méthode. Ce sont des moyens pour ne pas tomber enceinte mais tu dois te faire à l’idée que chacune d’elles à son lot d’échecs.

 

La contraception, une idée pas si contemporaine !

 

La contraception a été utilisée de tous temps pour contrôler les naissances. Il y a près de 2000 ans, les Égyptiens utilisaient des emplâtres vaginaux. La méthode consiste à former une pâte grâce à l’utilisation de miel et de l’acacia et de l’insérer au fond du vagin afin de bloquer l’entrée du col de l’utérus.

Les Romains utilisaient le gant de Vénus qui n’est autre que l’ancêtre du préservatif. Ils avaient recours à de la vessie de chèvre ou un autre animal pour former « le gant ».

Les historiens ont retrouvé l’existence de nombreuses recettes de décoctions ou potions à des fins contraceptives ou abortives. On soupçonne que ces breuvages ont existé dans tous les pays du globe.

Ce n’est qu’au XXème siècle que les contraceptifs chimiques apparaissent. Tout d’abord, la pilule dans les années 1950. Elle a été découverte de Mr Grégory Pincus. Elle sera utilisée pour la première fois en 1957 et fortement soutenue par le mouvement pro-féministe des années 60 : « la libération de la femme commence par sa capacité à choisir ».

Il existe 100 millions de femmes à ce jour sous pilule contraceptive !!!

Le stérilet apparaît en 1962, pour en avoir un en cuivre il faudra attendre 1969 et 1977 pour en avoir imprégnés d’hormones.

 

Les moyens de contraception mécaniques

 

La méthode du retrait

Qui n’est pas une méthode de contraception ! Lors d’un rapport, chaque femme à 1 chance sur 4 de tomber enceinte si elle a une fertilité moyenne. Soucis de cette méthode : une éjaculation précoce et non ressenti par les partenaires peut avoir lieu avant l’éjaculation finale. Quelques spermatozoïdes peuvent donc être déversés dans le vagin puis remonter le col de l’utérus en direction des ovaires. Et cela est très courant, alors ne te sens pas à l’abri si ton désir n’est pas de tomber enceinte !

 

Préservatif

C’est le seul moyen de contraception qui permet de se protéger des infections sexuellement transmissibles. Féminin ou masculin à toi de choisir. Le préservatif masculin reste le plus courant car plus simple d’utilisation. Souvent, il y a des erreurs d’utilisation et malgré une fiabilité égale en théorie à celle d’un préservatif féminin, les mauvais gestes induisent des échecs. Il y a tout de même des côtés positifs, on peut le placer plusieurs heures avant le rapport et le partenaire n’est pas obligé de se retirer juste après l’éjaculation.

-> Fiabilité : 98% en théorie et 79% en pratique

 

Diaphragme

Il peut-être une méthode de contraception complémentaire à d’autres. Une fois placé, on ne le sent pas du tout. On peut le mettre en place plusieurs heures avant le rapport (le matin par exemple). Il faut vérifier cependant qu’il n’est pas bougé mais il peut passer de longues heures dans ton vagin sans problèmes !

On l’utilise autour de la période de fécondité avec un spermicide pour accroître sa fiabilité. Il existe différentes tailles de diaphragme mais il de nouvelles générations sont à taille unique.

-> Fiabilité : 94% en théorie et 88% en pratique

Avantages :

  • faible coût
  • réutilisable
  • peut être mis en place à l’avance

Inconvénients :

  • Manipulation délicate
  • fiabilité basse

 

La cape cervicale

Elle se glisse dans le vagin et permet un effet barrière au niveau du col de l’utérus. Elle peut être posée jusqu’à 2H avant le rapport et retiré dans les 24H suivant celui-ci. Elle est réutilisable à condition qu’elle soit soigneusement lavée après chaque utilisation.

-> Fiabilité : 91% chez les femmes n’ayant jamais eu d’enfants en théorie et 84% en réalité / Chez les femmes ayant déjà eu un enfant 74% en théorie et 68% en pratique ! (col de l’utérus plus large)

Contre-indications :

  • les femmes n’osant pas mettre leurs doigts au fond de leur vagin
  • celles qui courent un risque en tombant enceinte (maladie cardiaque …)
  • les femmes ayant des infections urinaires à répétition ou une descente d’organe
  • celles qui ont déjà plusieurs enfants, les modifications physiques entraînent une protection peu fiable

 

Méthodes « définitives » :

  • Ligature des trompes :

Une contraception définitive que certaines femmes envisagent. Elle nécessite une hospitalisation de 24 à 48 heures et une anesthésie générale. Elle peut se faire par voie abdominale, par cœlioscopie ou par voie vaginale. Elle peut avoir des suites douloureuses (douleurs abdominales). Elle est efficace immédiatement.

  • L’hystéroscopie :

Il s’agit d’un dispositif que l’on place dans les trompes de Fallope. Il va boucher les trompes, les ovules ne pourront ainsi plus arriver dans l’utérus. Elle ne nécessite pas d’anesthésie générale ni d’hospitalisation. La méthode n’est efficace qu’au bout de 3 mois, pendant cette période une contraception est donc indispensable.

-> Ces méthodes ne sont pas sûr à 100%, des ligatures de trompes peuvent échouer par exemple. Mais par contre elles doivent être considérées comme définitive car si elles fonctionnent, le retour à la normale ne sera quasiment jamais possible. Ainsi, des complications peuvent survenir comme des grossesses extra-utérines.

Les moyens de contraception chimiques

 

Spermicides

Ils ont une action sur les spermatozoïdes. Ils bloquent leur avancée ou les tuent. On les utilise souvent en adéquation avec une autre méthode de contraception. Le spermicide vient augmenter la fiabilité de notre dispositif. Ils existent en gel, en crème avec ou sans applicateurs, en atomiseur, en éponge ou en ovule.

Il faut l’appliquer juste avant le rapport. Il agit immédiatement.

-> Fiabilité : entre 82% et 71% (du principalement au mode d’utilisation)

  • Ovule : mis au fond du vagin, ils doivent intégralement fondre à la chaleur du corps pour être performant ce qui prend une dizaine de minutes.
  • Crème : elles peuvent être utilisée avant le rapport quand on sait qu’il va avoir lieu.

Précautions : 

  • Ne pas utiliser de savon pendant 6H à 8H après le rapport car il peut inactiver le spermicide.
  • Il ne faut pas pratiquer d’injection vaginale après le rapport

Contre-indications :

  • Les femmes qui allaitent : certains spermicides sont contre-indiqués (passage dans le lait)
  • Utiliser seulement le spermicide pour sa contraception (associé toujours à une autre technique)
  • Utiliser un spermicide lorsque l’on est très fertile. (fiabilité basse)
  • les personnes souffrant d’une infection sexuellement transmissible (IST), mycoses vaginales, infection urinaire ou plaie au vagin (ne protège pas son partenaire)
  • des femmes qui utilisent des médicaments par voie vaginale (ovule ou crèmes pour les mycoses)

Les moyens de contraception intra-utérin

 

Le stérilet

C’est un dispositif en forme de T qui mesure 3,5cm de long et s’insère à l’entrée de l’utérus. Il se termine par un petit fils qui permettra à ton praticien de l’enlever avec plus de faciliter. Mais ne t’inquiètes pas, il est tellement court que ton partenaire ne le sentira jamais ! C’est un(e) sage-femme ou un gynécologue qui te le posera. Il est tout à fait possible de se faire poser un stérilet quand on n’a pas encore été enceinte car il existe 2 tailles. Un de petite taille pour les petits utérus n’ayant pas encore accueillis un foetus et un « normal » pour les femmes ayant déjà eu une grossesse. Selon le modèle on le garde de 4 à 10 ans  avec des contrôles réguliers pour s’assurer que tout vas bien tout de même !

Deux types :

  • Stérilet au cuivre : il est fabriqué en plastique avec plusieurs « manchons » en cuivre. C’est le cuivre qui permet au stérilet d’être efficace. Il rend les spermatozoïdes inactifs. Il créé une micro-inflammation à l’entrée du col qui rend le milieu stérile pour les spermatozoïdes. C’est un procédé qui te permet de retrouver ton cycle naturel. Un premier pas vers un cycle plus physiologique !
  • Stérilet hormonal : ce type de stérilet va délivrer en continu et en infime quantité une hormone progestative. Elle a un effet contraceptif, elle épaissit les sécrétions du col de l’utérus (les spermatozoïdes ne peuvent plus passer), elle permet de diminuer la durée des règles, leur volume, les contractions qui peuvent les accompagner.

Contre-indications :

  • Malformation de l’utérus ou un gros fibrome
  • Col de l’utérus trop large en raison d’accouchement multiples et difficiles
  • Les femmes ayant un cancer du col de l’utérus ou de l’endomètre
  • Les femmes porteuses d’une l’IST non guérie
  • Infection génitale haute (trompe ou utérus) datant de moins de 3 mois ou en cours
  • Les saignements vaginaux inexpliqués
  • Les femmes venant d’accoucher (attendre 4 semaines et 2 jours)
  • Les femmes ayant eu une infection après un accouchement ou un avortement datant de moins de 3 mois
  • Les femmes ayant une tuberculose génitale

> Fiabilité : 99% (pas de soucis d’oubli donc c’est une fiabilité nette)

Effets secondaires :

  • Le stérilet au cuivre peut allonger les règles et les rendre plus abondantes
  • Le stérilet hormonal peut avoir les mêmes désagréments que les dispositifs progestatifs : petits saignements entre les règles, plus de règles, prise de poids, poussées d’acné.

Les moyens de contraception hormonal

 

Les pilules

Elles sont un mélange de molécules de synthèses semblables à nos hormones les oestrogènes et la progestérone. Le principe est toujours le même : bloquer le déclenchement de l’ovulation à partir de l’hypophyse, qui est une glande endocrine (qui sécrète des hormones à l’intérieur du corps) dans le cerveau.

-> Fiabilité : 99,7% en théorie (si elle n’est jamais oubliée !!!) et 91% en réalité

-> Effets secondaires :

  • accident de thrombose (phlébites, embolies pulmonaires) surtout avec les 3° et 4° génération.
  • complication cardiovasculaire (hypertension…)
  • diabète
  • excès de cholestérol

-> Contre-indications : 

  • Âge supérieur à 40 ans
  • Tabagisme
  • Pathologie cardiovasculaire
  • Cancer
  • Pathologie hépatique

Les différents types de pilules :

  • Pilule normodosée, minidosée ou combinée : utilisation quotidienne de pilule contenant oestrogènes et progestérone à dose fixe.
  • Pilule séquentielle : c’est une administration d’oestrogène seule puis deux autres hormones à des dosages variable selon le moment du cycle, cette pilule est plus rare.
  • Micropilule : c’est une administration de progestérone seule si la femme ne supporte pas les oestrogènes.

Choisir sa contraception

L’implant hormonal

C’est un petit bâton placé sous la peau. Il a renouvelé tous les 3 ans. C’est une libération à longue durée de progestatif pure. Il est placé soit en intramusculaire soit en insertion sous-cutanée.

-> Fiabilité : 99,9%

Avantages :

  • en place pour 3 ans
  • discret
  • facile à enlever et à mettre

Inconvénients :

  • prise de poids (chez certaines femmes)
  • acné
  • règles différentes du cycle naturel : plus ou moins abondantes, plus ou moins longues, cycle plus long ou plus court, saignements fréquents (surtout les 6 premiers mois)
  • endors l’ovulation, rend plus mince l’endomètre (paroi utérine), cela peut être fatiguant

Contre-indications :

  • phlébite
  • embolie pulmonaire
  • tumeurs sensibles aux hormones sexuelles
  • saignements vaginaux inexpliqués
  • maladie du foie

 

Le patch hormonal

Il est à placer sur la peau, il libère de manière régulière des hormones pendant 4 semaines. Il faut coller un patch par semaine pendant 3 semaines. Les saignements apparaîtront la 3 ème semaine. Il doit être appliqué sur le ventre, le bas du dos ou l’épaule. Si on oublie de le changer à la date prévue, on reste protéger pendant 48H.

-> Fiabilité : 99,7% en théorie 91 % (9% des femmes connaissent une grossesse dans leur première année d’utilisation)

Avantages :

  • discrétion
  • facile d’utilisation
  • pratique pour celles qui ont tendance à oublier la pilule

Inconvénients :

  • peut se décoller facilement (à remettre dans les 24H)
  • même désagréments qu’avec une pilule
  • pas remboursé
  • visible l’été
  • même contre-indications que la pilule combinée

 

Anneau vaginal

C’est un anneau souple et mis en place au fond du vagin, à remplacer toutes les 3 semaines. Il libère de façon régulière des hormones sous l’action de la chaleur corporelle. Les règles apparaissent durant la 4ème semaine. L’anneau ne se sent pas au quotidien mais il ne faut pas l’oublier !

-> Fiabilité : 99,7% en théorie, 91% en pratique 

Avantage :

  • plus pratique qu’une pilule car on n’a besoin de s’en préoccuper moins souvent

Inconvénients :

  • mêmes effets secondaires possibles que pour une pilule combinée (seins gonflés et douloureux, nausées, saignements…)
  • non remboursé
  • parfois gênant lors des rapports sexuels

 

Injections intramusculaires

Faites par un médecin, une sage-femme ou une infirmière tous les 2-3 mois, il s’agit de l’injection de progestatif.

-> Fiabilité : 99,7% en théorie, 94% dans les faits

Avantages :

  • On n’a pas à se soucier de la prise quotidienne ou du changement de patch, anneau…

Inconvénients :

  • faire venir chaque mois quelqu’un et subir une piqûre
  • mêmes effets indésirables que les implants (prise de poids, troubles du cycle)
  • impossibilité d’arrêter les hormones durant les 12 semaines si l’on ne les supporte pas

Contre-indications :

  • cancer du sein, de l’endomètre (muqueuse de l’utérus)
  • obésité, diabète, hypertension artérielle
  • règles abondantes ou saignements d’origine inconnue
  • fibrome utérin
  • hépatite ou antécédent associé
  • maladie du foie
  • maladies thrombo-emboliques artérielles et veineuses (phlébite = caillot dans une veine, embolie pulmonaire, infarctus, accident vasculaire cérébral, caillot dans une artère des membres inférieurs)
  • baisse des oestrogènes entraînant une baisse de densité osseuse (attention aux prédispositions à l’ostéoporose et aux jeunes filles en croissance)

 

La pilule du lendemain 

Cas un peu particulier car c’est une contraception d’urgence. Elle doit être prise dans les 48H après le rapport à risque pour les moins performantes et jusqu’à 72H pour les dernières générations. Mais elle doit être prise le plus tôt possible pour une fiabilité maximale. Selon les pilules du lendemain on prend une pilule ou 2 à un intervalle de 12H. Elle provoque une hémorragie, des règles soudaines ce qui provoque l’arrêt de la fécondation si c’était le cas. Elle peut être achetée en vente libre mais attention car une surconsommation peut avoir de lourdes conséquences. Cette pilule doit rester occasionnelle, d’autres moyens existent !

Les moyens de contraception dits « naturels »

 

Méthode Ogino

La méthode repose sur l’abstinence durant les jours fertiles. Ceux-ci sont calculés, ce qui suppose d’avoir un cycle régulier. Mais malheureusement, l’ovulation est un phénomène imprévisible, au sein d’un cycle de même durée, l’ovulation peut se produire à des jours différents. Cette méthode n’est donc pas un moyen de contraception sûr.

 

Méthode sympto-thermique

Elle a été élaborée en 1965 par un médecin Autrichien. Elle est classée parmi les plus efficaces. C’est une méthode naturelle qui a fait ses preuves si les femmes choisissant ce mode de contraception s’astreignent à être sérieuse dans leur suivie. La température habituelle de la femme s’élève légèrement au moment de l’ovulation : de 0,2 à 0,4 °C (on passe de 36,7 à 37,1 °C, par exemple). Comme l’ovocyte vit 24 heures, les rapports sexuels non protégés qui ont lieu plus de trois jours après l’élévation de température ne peuvent, en principe, pas entraîner de grossesse. Il faut prendre sa température tous les matins à la même heure, au lit, avant de se lever.

Fiabilité : 99%

Précautions : 

  • apprendre à utiliser la méthode
  • une auto-observation selon la méthode en continu
  • attention car l’ovulation peu avoir lieu n’importe quand !
  • les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu’à 5 jours dans l’appareil génital de la femme (attention aux rapports avant l’ovulation et la ça devient compliqué ^^)
  • l’alcool et la maladie peuvent faire monter la température, attention aux erreurs d’interprétation !

Avantages :

  • meilleure connaissance de soi et de son corps
  • détecter les irrégularités de cycle
  • détecter les cycles anovulatoires (sans ovulation)
  • être actrice de son cycle et non passive/spectatrice
  • prévoir l’arrivée de ses règles
  • signaler le retour des périodes fertiles après un accouchement et/ou un allaitement
  • confirmer une grossesse à son tout début
  • détecter les signes de pré-ménopause
  • pourvoir transmettre son savoir et savoir-faire à son entourage, à ses filles
  • enrichir l’intimité du couple
  • se sentir connectée à la vie

 

Le lady comp

Dérivé de la méthode sympto-thermique : plus précise cependant car plus facile d’utilisation.

C’est la solution que j’ai trouvé dans mon cas. Cette méthode me semblait être le compromis le plus intéressant entre la fiabilité, la connaissance de mes cycles et le côté pratique.

Comment ça fonctionne ? Grâce à la température. La hausse de l’hormone progestérone induit une petite hausse de la température basale de la femme. C’est ce changement que détecte le lady-comp.

  • Voyant rouge clignotant = ovulation !
  • Voyant rouge = fertile
  • Voyant orange = ne sais pas … dans le doute on se protège !
  • Voyant vert : infertile

Il fonctionne avec un algorithme et celui-ci peut calculer avec fiabilité si tu es fertile ou non quelle que soit la longueur de ton cycle et indépendamment du jour de l’ovulation.

Comment s’en servir ? Chaque matin au réveil, avant de se lever, il faut prendre sa température sous la langue. Attendre moins d’une minute jusqu’au « BIP ». Tu verras apparaître ta température basale du jour. Si tu as tes règles tu pourras les indiquer en notant un « M » sinon tu n’auras qu’a regardé le pictogramme de couleur. Tu verras qu’au fils des mois, il te demandera directement si tu as tes règles ou non, ce sera à toi de valider ou non le « M » qui apparaîtra.

Retour d’expérience : ayant des cycles irréguliers, je me suis demandée si cette solution pouvait être la bonne et bien OUI ! Il y a une phase de latence qui peut être plus ou moins longue selon la régularité de notre cycle. Pour ma part cela a duré environ 5 mois durant lesquels il y avait beaucoup de jours rouges ou oranges = pas de rapport sans protection ! Puis petit à petit, les jours verts ont pris un peu plus d’importance jusqu’à ce qu’ils soient majoritaires durant mes cycles. Ainsi, j’ai passé un peu plus d’un an avec cette méthode sans rencontrer le moindre problème. Cela reste un partage et ne te base pas sur cela pour faire ton choix !

Il existe 3 types de lady-comp :

  • pearly : modèle réduit avec moins d’options, pour les voyageuses
  • lady-comp : le modèle classique
  • lady-comp baby : le modèle perfectionner pour les femmes qui souhaitent un enfant et compte sur un appui pour l’avoir plus rapidement !

La question du prix … Et oui, ce n’est ni gratuit, ni rembourser par la sécurité sociale, malheureusement. Pour ma part, j’ai trouvé ce prix justifié par la qualité du produit et du fait qu’il nous suit toute la vie. C’est un INVESTISSEMENT long terme ! Ils offrent la possibilité de payer en plusieurs fois pour ceux qui auraient des fins de mois plus compliqué. De mon point de vue, cela reste un produit qui offre une très bonne fiabilité, qui nous libère du poids des hormones et permet donc un retour au naturel sans complications.

Fiabilité : 99,3% en théorie 75% en pratique 

Avantage :

  • Peut s’amener de partout
  • Très facile d’utilisation : en moins 1 minute, c’est fait pour la journée !
  • un service client gratuit pour poser tes questions
  • des consultations gratuites avec des experts fertilité de leur entreprise
  • des pièces de rechange peu coûteuses et un service de réparation : un lady-comp se garde à vie !

Précautions :

  • Prendre sa température à heure fixe TOUS les matins : pour ne pas oublier, ne te lève pas tant que tu n’as pas pris ta température !
  • ne faire trop souvent de fêtes alcoolisés car l’alcool en surcharge dans le sang augmente la température basale et donc fausse les résultats
  • Ne pas prendre sa température lorsque tu es malade (avec fièvre sinon pas de soucis !), pour les mêmes raisons que l’alcool

www.lady-comp.fr 

 

Méthode de la glaire cervicale aussi appelée méthode Billings

Mis au point par un couple Australien dans les années 1970. Ici l’auto-observation est aussi de toute première importance, mais seule la glaire cervicale est observée. Un protocole a été mise en place et la réussite de la méthode dépend de la régularité des observations. En revanche, elle manque d’indicateurs. Ainsi, les subtilités du cycle ne peuvent pas être interprétées de manière assez précises. Aussi, ce ne sera pas une méthode adaptée aux femmes ayant une glaire cervicale peu abondante.

Inconvénient :

  • beaucoup de paramètres peuvent modifier la glaire cervicale : désir sexuel, infection vaginale, sperme …
  • fiabilité basse

 

La danse contraceptive

Aviva Steiner a été un précurseur de ces mouvements mais les « danses de la fertilité » existent depuis toujours ! C’est une série de mouvements centrés sur le bassin qui ont des actions puissantes sur le cycle, les régularisent et permettent le déclenchement volontaire des règles en fin de cycle. Les bascules du bassin permettent une contraction et un relâchement puissant du périnée.

L’OMS a reconnus les mouvements d’Aviva dès 1960 comme étant « une série de mouvements permettant à la femme de déclencher ses règles selon sa volonté ».

Elle doit être pratiquée à la fin de chaque cycle, qu’il y ait eu fécondation ou non.

Précautions :

  • elle nécessite un apprentissage de 6 mois pour être mise en place
  • il faut être sûr de pouvoir le pratiquer dans de bonnes conditions et exactement a même moment à la fin de chaque cycle

Avantages :

  • action globale sur le système hormonal
  • possibilité de stimuler l’ovulation et ainsi favoriser la fécondité
  • stimuler la libido
  • diminuer voir faire disparaître le syndrome prémenstruel (ensemble de symptômes avant les règles)
  • fluidifier le sang des règles
  • atténuer voir stopper les bouffées de chaleur de la ménopause
  • préserver les muqueuses de l’utérus et du vagin du risque de dessèchement pendant la péri-ménopause.

 

La méthode MAMA (méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée)

Pour que celle-ci soit efficace, il faut que l’allaitement maternel soit exclusif (pas d’alternance biberons, sein) et que le lait soit donné à volonté. Elle peut être une solution jusqu’à 6 mois après l’accouchement.

 

Conclusion

 

Les plus efficaces :

  • L’implant hormonal 99,9%
  • Le stérilet au cuivre 99,8%

Les plus naturels :

  • Stérilet au cuivre
  • lady comp ou méthode symto-thermique

 

En espérant t’avoir éclairée sur ce sujet qui nous concerne toutes !

 

Lumineusement,

 

Alizée

 

Références :

www.larousse.fr

www.choisirsacontraception.fr

www.lady-comp.fr

Sagesse et pouvoir du cycle féminin. Marie Pénélope PÉRÈS et Sarah-Maria LEBLANC

Photo by Thought Catalog on Unsplash

Photo de couverture by rawpixel on Unsplash


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :