L’alimentation peut-être soit un médecin soit un bourreau pour le corps… il ne tient qu’à toi de faire les changements nécessaires pour qu’elle soit vectrice de fertilité ! 

Avant d’aborder les aliments spécifiques à la fertilité je voulais te rappeler certains points essentiels pour avoir une alimentation saine et équilibrée. Tu trouveras dans l’ebook ci-dessous toutes les informations nécessaires 😉

 

« Les 10 commandements d’une alimentation saine. » Clique ici pour télécharger l’ebook gratuit.

 

Ces principes de bases sont le socle d’une alimentation conservant un maximum de nutriments, ne surchargeant pas trop l’organisme et permettant une bonne élimination. Ceux-ci sont à individualiser selon ton profil et tes dérèglements. 

Lorsque tu commenceras à mettre en place un nouveau mode de vie, visualises-toi déjà en parfaite harmonie avec ce que tu mets en place, les bénéfices que tu en tires au quotidien, vois-toi déjà comme tu veux être : en pleine santé et fertile, dynamique, avec une belle énergie, merveilleusement belle, bien dans ton corps et dans ta tête… visualises ce que tu veux tant que cela est positif et te permet d’aller vers un mieux-être.

 

Quels aliments privilégier pour augmenter sa fertilité ?

 

 

  • Les légumes verts qui contiennent une quantité intéressante de fer, calcium, potassium, magnésium, bioflavonoïde, folate et phytonutriments. Ils sont alcalinisants et peuvent contrebalancer une quantité trop importante d’acides apportés par le stress ou l’alimentation. Nous pouvons augmenter notre consommation de laitue, mâche, persil, coriandre, asperge, courgette, fenouil, haricot vert, petit pois, poireaux sans problème.  

 

  • Les légumes amers qui permettent de stimuler les fonctions hépatiques et biliaires qui sont nécessaires à la production, la dégradation et l’élimination des hormones. L’amertume amène la salivation et l’activation des sucs digestifs qui stimule le foie. Cela permet d’accroître les fonctions d’élimination donc de détoxification, favorisant ainsi l’équilibre digestif et ta fertilité. Nous pouvons consommer du pissenlit, de la chicorée, des endives, de l’artichaut, du céleri, de la roquette ainsi que de la scarole entre autres.

 

  • Le chia est une bonne source de protéines car elle contient l’ensemble des 8 acides aminés essentiels. Elle apporte une bonne part de fibres luttant ainsi contre les irrégularités de transit. Le chia est une source très intéressante source d’oméga 3 permettant une bonne santé de notre appareil cardio-vasculaire et une action anti-inflammatoire. Elle aide aussi les diabétiques à stabiliser leur glycémie.

 

  • Le sésame permet d’avoir une source intéressante de calcium biodisponible. En effet, il contient environ 960 mg au 100 g de calcium contre 120 mg au 100 ml de lait ! Ajoutons à cela qu’il est riche en fer, magnésium, zinc, manganèse, cuivre, phosphore, vitamine du groupe B, phytostérol, lignane… Tu peux le consommer en tahini (purée de sésame), l’incorporer à tes salades ou plats, ou sous forme de gomasio qui te permettra de diminuer ta quantité de sel.

 

  • Les oméga 3 : notre alimentation contemporaine entraîne une surconsommation d’oméga 6, or en surconsommation, ils entraînent des effets pro-inflammatoires et négatifs pour l’organisme. L’apport trop important d’oméga 6 doit être harmonisé avec une consommation supplémentaire d’oméga 3. Assures-toi donc d’avoir une consommation quotidienne d’oméga 3 et ne te soucis pas de tes apports en oméga 6 qui seront comblés.

 

  • Les protéines : en consommation équilibrée de 0,8 gr/kg de poids si tu es sédentaire et que tu as un travail de bureau à 2,2 gr/kg de poids si tu as un travail physique et que tu fais plus de 5H de sport par semaine. Privilégie les sources de qualités qui n’ont pas subi de traitements chimiques et de synthèses. Varie aussi souvent que tu le peux : oeuf, viande blanche, légumineuse (haricot, lentille, pois…),  plats mijotés, bouillons, viandes rouges, poisson, crustacés, … il y en a tellement ! Si tu es végétarienne ou végétalienne veille à avoir un apport suffisant en protéines, je te rappel qu’elles sont les briques de notre corps et ne peuvent pas être synthétisées par d’autres éléments de notre organisme !

 

  • Les algues sont des aliments 10 à 20% plus concentrés en minéraux, oligo-éléments que les légumes de terre. Elles sont riches en sodium, potassium, calcium, magnésium, soufre, phosphore et iode. Elles apportent aussi plus de vitamines B1, B3 et B9 qui nous intéressent particulièrement pour réguler les cycles donc augmenter ta fertilité, la croissance cellulaire ainsi que l’équilibre psychologique. Elles sont plus assimilables par le corps et sont donc des sources énergétiques et régulatrices très intéressantes dans ton alimentation. Enfin, les algues apportent des acides gras si importants en nutrition. Elles diminuent aussi les risques cardio-vasculaire, 1 gr de spiruline par jour abaisse les taux de cholestérols LDL et les triglycérides.

 

Augmenter sa fertilité grâce à l'alimentation : c'est possible !

Quels produits supprimer pour augmenter sa fertilité ?

 

 

  • Si ce n’est pas déjà le cas, arrête de manger des aliments « allégés » qui trompent ton organisme. Les yaourts, crèmes fraîches, biscuits, vinaigrettes allégées ne font pas une grande différence en réalité. D’une part ce sont tous des produits transformés et d’autres part les industriels ajoutent souvent d’autres ingrédients délétères, pour que le goût du produit ne soit pas trop altéré par la perte de sucre, de sel ou de graisse.

 

  • Les produits laitiers : Même si tu ne ressens pas de problème de digestion lorsque tu en consommes, les produits laitiers sont des transporteurs d’hormones de croissance. Ce sont des hormones permettant au bébé de pouvoir croître jusqu’à l’âge adulte. Elles sont spécifiques à l’espèce qui la produit. L’une n’est pas meilleure qu’une autre, elles sont parfaitement constituées et à l’image de l’espèce qui la produit. Il n’est donc pas pensable de croire que le lait animal est fait pour l’homme. Si tu souhaites en manger car tu adores ça alors limite tout de même ta consommation quotidienne 😉

 

  • Le soja ou glycine max : Certaines personnes pensant bien faire ont remplacé progressivement les produits laitiers ou la viande par des produits issus du soja : dessert, yaourt, « steak », etc. Mais il faut savoir que le soja est une plante riche en phyto-œstrogènes de type isoflavone. L’introduction de plusieurs aliments à base de soja peut amener à des apports 1000 à 10 000 fois plus élevés que les apports observés par un régime occidental traditionnel. Selon la capacité de ton corps à convertir ces phyto-oestrogènes, tu peux avoir de réelles problématiques de fertilité à cause du soja. Je te dis tout au sujet du soja dans cet article : Les danger du soja, conseils et bonnes pratiques. 

 

  • Les viandes rouges : De plus en plus décriées, elles présentent l’inconvénient d’être pro-inflammatoires et d’être pourvoyeuses de toxines lors de leur dégradation. Tout comme les produits laitiers, elles rassemblent une quantité non négligeable de substances toxiques, chimiques et de synthèses surchargeant le corps si elles ne sont pas d’origine biologiques ou biodynamiques. Une des problématiques majeures dont on parle peu est celui de la surconsommation de muscles au détriment des abats, cartilages, os, peaux, etc. Or, ce sont des éléments essentiels pour obtenir un taux de glycine et équilibrer l’apport de méthionine important véhiculée par les muscles (la glycine et la méthionine dont 2 acides aminés). Conclusion : mange des bouillons d’os et des plats mijotés de grand-mère !

 

  • Les sucres : Ils sont pourvoyeurs d’acides et de mucus dans le corps, augmentent de manière radical la glycémie lorsqu’ils sont très concentrés ou sous forme raffinés. Ils produisent donc un effet délétère sur nos instestins en produisant des fermentations, sur notre pancréas en l’affaiblissant et ils peuvent venir se stocker sous forme de graisses au niveau du ventre, et au niveau du foie (le foie gras ou maladie du soda). Outre leurs effets direct de stimulation de la prise alimentaire, les sucres possèdent des propriétés anxiolytiques et analgésiques. Ces effets sont sans doute produits par la sécrétion cérébrale d’endorphines, un neurotransmetteur. Ils peuvent créer un stress à ton organisme et venir déséquilibrer ta fertilité. 

 

  • Les glucides : Pendant la majeure partie de son évolution, l’espèce humaine a donc consommé des glucides en quantité modérée, essentiellement issus des fruits, légumes, racines, sans la moindre trace de féculents. Il est vraisemblable que c’est le régime auquel nous sommes génétiquement adaptés. Ils peuvent créer des surcharges et perturber tes hormones donc ta fertilité. Modère ton apport en glucide, préfère les complets et non modifié génétiquement comme le blé ancien de kamut, de petit épeautre. Enfin, mange-les lors d’un repas complet, les protéines et les lipides vont retarder leur absorption et ainsi atténuer le pic de glycémie (taux de sucre dans le sang).

 

  • Attention aux perturbateurs endocriniens !  Je te conseillerais plus que jamais d’utiliser les produits les plus naturels et bruts qu’ils soient pour tes cosmétiques, produits ménagers ou produits d’hygiène corporels. Ils sont les ennemis numéros 1 de ta fertilité ! De plus en plus de recettes et de livres paraissent sur le sujet pour concevoir soi-même ses propres produits afin de limiter l’impact pour la planète et pour ton corps ! De plus, je te dirige vivement vers les produits biologiques en ce qui concerne ton alimentation à moins que tu connaisses un agriculteur de confiance pour la vente en direct.

 

« Prendre sa santé en charge c’est aussi se responsabiliser vis-à-vis de ce que l’on achète et de ce que l’on va consommer au quotidien. »

 

L’alimentation peut être un réel atout qu’il ne faut pas négliger. La période de préconception est de tout premier ordre. Si tu te soucis de ta fertilité soit pour réguler tes cycles soit pour avoir un enfant alors je te conseillerais de suivre ces conseils.

Ils te permettront d’avoir une alimentation plus saine et de te décharger de certaines toxines que tu aurais pu accumuler. Fais-le pour ta propre santé et celle que tu légueras dans un long, moyen ou proche avenir à ton enfant !

 

J’ai créé un guide pour les femmes souffrants du syndrome des ovaires polykystiques. Il contient une foultitude d’informations concernant la fertilité, l’augmenter, le réguler pour que tu es toutes les chances de ton côté dans cette phase de pré-conception. C’est ici : Guide à l’usage des femmes « SOPK » ou là : www.amazon.fr/Guide-à-lusage-femmes-SOPK

 

Guide à l'usage des femmes SOPK

 

 

En te souhaitant le meilleur,

Lumineusement,

Alizée

 

%d blogueurs aiment cette page :