Le régime hypocalorique est l’un des régimes les plus utilisés pour perdre du poids… mais sais-tu vraiment l’utiliser ? Les conséquences qu’il peut avoir sur ton corps si tu ne respectes pas certaines règles fondamentales ?

Je vais te donner des conseils pour que tu puisses mettre en place cet incroyable outil sans que tu ne fasses le yoyo comme la plupart des personnes et en ayant une perte de poids durable.

 

Le régime hypocalorique en clair

 

L’idée est de baisser l’apport calorique en dessous du besoin journalier de notre corps. Tu vas ainsi créer un déficit calorique qui va te permettre bien-sûr de perdre du poids à court terme. Le corps n’ayant pas assez de calories pour fonctionner correctement va commencer à puiser dans ses réserves. Si certains principes ne sont pas respectés, le corps va se mettre en « mode survie » :

  • Dans un premier temps, les glucides stockés dans le foie et dans les muscles (sous forme de glycogène) vont être utilisés.
  • Le corps va utiliser la filière des lipides et des protéines en même temps qui seront convertis en glucose pour assurer les fonctions vitales.
  • Les lipides vont prendre une place prépondérante dans la conversion en glucose ce qui va pour avoir effet, le destockage des graisses.
  • Les protéines seront utilisées en dernier recourt avec comme conséquence une fonte musculaire.

Les répercussions sont multiples :

  • perte de muscles
  • libération d’acides cétoniques dans le corps (toxique à haute dose)
  • baisse du métabolisme
  • fatigue
  • fringales
  • sommeil non récupérateur
  • infections
  • moral en berne
  • frustrations…

Bien que le fait de restreindre tes calories puisse te faire perdre du poids rapidement, lorsque tu vas revenir à ton alimentation habituelle, tu vas reprendre le poids perdu durement pendant le régime. Pourquoi ? Car la plupart de ces types de régimes ne tiennent pas en compte le métabolisme de base.

 

L’importance du métabolisme de base

 

Le métabolisme de base permet au corps de fonctionner d’une manière optimale au repos c’est-à-dire sans aucune activité physique comme la marche, le ménage, le sport. Ce sont les calories qui nous sont nécessaires afin que toutes les réactions biologiques se déroulent dans notre corps afin de nous maintenir en vie. La plupart des personnes qui se lancent dans ce régime font la grossière erreur de réduire de manière trop drastique leur apport calorique pour avoir des résultats rapides. (J’étais aussi dans ce cas !)

Mais lorsque tu baisses tes apports caloriques en dessous de ce minimum, qui est propre à chacun, ton corps va se trouver dans ce que l’on appelle un stress physiologique. C’est un mécanisme naturel qui lui permet de gérer la réduction de calories. Le corps va se mettre au repos donc baisser le métabolisme jusqu’à ce qu’il soit en cohérence avec l’apport calorique qu’on lui donne. C’est la chute du métabolisme qui induit la majeure partie des problématiques et symptômes :

  • la fatigue chronique
  • le sommeil non récupérateur
  • les difficultés de gestion de poids comme prendre 1 kilos en regardant la vitrine d’une boulangerie ^^
  • la frilosité
  • les fringales surtout sucrées ou riches en féculents (pâte, pain…)
  • aller aux toilettes pendant la nuit
  • une libération importante de cortisol provenant des surrénales dans le corps (hormone de stress)

Quelles conséquences sur le long terme ?

 

Les résultats montrent que ce n’est pas l’exemple à suivre sur le long terme, il y a des risques importants de reprise de poids et d’effet yoyo. L’effet yo-yo est l’alternance de périodes de perte de poids importante suivi de reprise de poids puis de perte, etc. C’est un cycle infernal qui se répète sans cesse jusqu’à ce que l’on ait la conscience de changer son comportement.

De nombreuses études ont montré qu’après un régime hypocalorique la plupart des gens reprennent plus de poids qu’ils en avaient précédemment perdus. L’évolution a permis au corps d’anticiper les futures famines et c’est grâce à cela que notre corps se préserve de la pénurie. Mais nous ne sommes plus dans cet environnement hostile dans les pays occidentaux et lorsque nous faisons un tel régime nous sommes sollicités de toute part au niveau sensoriel et nous devenons obnubilés par la nourriture. Notre corps manque cruellement d’aliments de nutriments et cette constante stimulation par les pubs, les affiches, les boutiques, les dîners entre amis, les enfants…influera sur la libération d’hormones par le système digestif qui accroissent l’appétit.

Malheureusement ces modifications sont toujours apparentes après que le régime soit terminé et il faudra encore une longue période pour se réadapter et baisser le taux de ses hormones. Les deux hormones qui participent à la régulation de la prise alimentaire et de la satiété sont la ghréline et la leptine. Cette dernière nous permet de nous sentir rassasié et elle est toujours plus basse un an après la fin d’un régime tandis que la ghréline une hormone stimulant l’appétit reste élevée.

 

Le régime hypocalorique

C’est irréversible?!! Mon métabolisme ne sera plus jamais le même ?

 

Il ne faut pas voir là une fatalité et c’est grâce à ce mécanisme de survie que l’on peut continuer à vivre « normalement » sans être alité ! C’est l’intelligence de notre corps de nous mettre à l’abri du besoin et des effets délétères qu’on lui inflige régulièrement. Je suis la première avoir fait ce genre de régime de manière drastique ne pensant qu’avec ma tête et en ne ressentant pas les signaux de mon corps. Je ne m’écoutais pas et cela une grande partie de la population le partage avec moi malheureusement. Ignorer les signaux de son corps est une perte de temps et d’énergie considérable qui t’emmèneras vers un stress toujours plus grand. Nous faisons un avec notre corps alors il faut cesser de vouloir lui imposer des choses contraires à sa nature il t’en remerciera.

Il semblerait que l’adaptation soit plus facile en face de situation de carence quand phase de situation d’excès. En effet, le corps a mis en place un système de secours et de régulation beaucoup plus performant en cas de famine et c’est tout à fait logique. La mort par suralimentation dans la nature est inexistante ! Tout organisme vivant possède des systèmes de stockage permettant la mise en réserve des nutriments pour prévoir de future pénurie soit alimentaire où liquide.

Le système nerveux, les cellules graisseuses, les cellules de l’intestin grêle et de l’estomac modifient les signaux alimentaires à plus ou moins long terme. En définitive c’est la qualité de ces organes qui déterminera la qualité de nos signaux et leur efficacité.

Il est aussi très important de stabiliser votre glycémie, c’est à dire votre taux de sucre dans le sang. Des études ont montré que les personnes obèses ayant du diabète avait une tendance à accumuler du gras viscéral alors que les personnes obèses avec un taux de sucre dans le sang stable ne l’avaient pas. Je te rappelle que c’est le gras le plus à risque pour ta santé. À l’inverse des autres graisses, ce gras se loge directement sur tes organes, dans ta cavité abdominale et peut passer directement dans ton sang… Ce gras est lié aux maladies de type cardiovasculaire et à la résistance à l’insuline qui peut se transformer en diabète de type II.

Pour cela il faut que tu connaisses la différence entre index glycémique, charge glycémique et index insulinique ainsi que les aliments à index élevés, modérés et bas. Lorsque tu auras connaissance de ces différences tu seras en mesure de changer les index élevés vers des aliments à index plus bas.

Cela va mettre du temps, il faut être indulgent envers toi-même. Met en place des changements progressivement pour que cette nouvelle hygiène alimentaire s’installe d’une manière durable et saine. C’est le chemin le plus simple pour retrouver à la fois tes instincts alimentaires et ta santé. Je te conseille de te visualiser déjà en parfaite harmonie avec ce que tu mets en place, visualiser les bénéfices que tu en tires au quotidien même s’ils ne sont pas encore visibles. Visualise-toi en pleine santé, dynamique, beau ou belle, plein d’énergie, bien dans ton corps et dans ta tête. Visualise tout ce que tu veux tant que cela est positif et permet d’aller vers un mieux-être global.

 

Notre conditionnement face à l’alimentation

 

Nos instincts alimentaires sont fortement ébranlés par ce type de régime. De plus, l’environnement, notre éducation et bien d’autres paramètres influent sur ton rapport à l’alimentation. Es-tu au clair avec cela ?

Depuis que nous sommes tout petits, la société nous uniformise et ne met pas en valeur nos différences. Sous prétexte que nous sommes tous égaux en droit nous devrions être tous égaux en matière de santé et d’hygiène de vie… c’est FAUX ! De l’école au restaurant, aucune individualisation n’est faite. Avec mes 1m53 j’ai toujours eu cette problématique. On disait que j’avais un « appétit d’oiseau », ce qui est normal vu que je faisais la moitié de la taille de mes camarades de classe ! Malgré cela on me forçait à manger alors que je n’en ressentais pas le besoin… ce conditionnement je le subis encore un peu aujourd’hui même si j’essaie de m’en défaire. Manger à sa faim va dans les 2 sens.

Un couple va au restaurant, une femme de 1m60, 50 kg et son compagnon de 1m80 et 80 kg. Vous pensez bien qu’ils n’ont pas les mêmes besoins… pourtant la carte que chacun va avoir entre ses mains sera la même et les portions dans les plats qui vont être servis seront de la même taille. Cela nous semble normal mais pour les personnes ayant des problématiques de gestion de poids cela peut être un grand tourment s’en même qu’elles s’en rendent compte.

Pourquoi dois-je manger moins que les autres pour garder un poids « normal » ? Pourquoi dois-je faire attention ? Notre environnement ne nous donne pas la tâche facile. Malheureusement, une personne de petite taille ou ayant génétiquement un petit métabolisme et prenant donc facilement du poids devra faire attention à ce qu’elle mange et se rééduquer quant aux quantités qu’il faut qu’elle mange. Il ne s’agit pas de s’infliger une diète drastique mais de s’approprier des instincts alimentaires préalablement ébranlés.

Si tu veux te faire un repas plaisir de temps en temps il n’y a pas de problème mais si tu apportes constamment plus de nutriments et de calories par rapports à tes réels besoins, il est bien normal que ton corps stock. Il ne faut jamais être à la calorie près mais il faut s’en servir comme des guides pour te permettre de retrouver un équilibre alimentaire.

 

Comment utiliser le régime hypocalorique intelligemment ?

 

Ne confonds pas les kilos que tu voudrais perdre dans un but esthétique et ceux qui sont mauvais pour ta santé. Fais le point :

  • Pourquoi veux-tu perdre du poids ?
  • Pourquoi as-tu pris du poids ?
  • Est-ce que tu as pris de la graisse, du muscle ?
  • Fais-tu de la rétention d’eau ?
  • Est-ce hormonal ?

Ce qui est sûr c’est qu’il va bien falloir que tu manges moins de calories que ce que tu ne dépenses. Mais pour ne pas tomber dans un régime trop restrictif j’ai 2 conseils à te donner :

  • Connais ton métabolisme de base pour ne jamais être en dessous de celui-ci.
  • Connais les calories que tu élimines dans une journée. C’est à dire ton métabolisme de base + ton activité physique si minime soit-elle.
  • Par rapport à ton besoin journalier (métabolisme de base + activité)

Attention ! Si tu te mets au sport ou que tu intensifies tes séances, recalcule tes besoins car tu brûleras forcément plus de calorie.

SI tes journées fluctuent beaucoup en prises alimentaires et en exercice physique je te conseille aussi de calculer des calories à la semaine. Cette manière de calculer permettra d’être beaucoup plus flexible sur ce que tu manges quotidiennement. Elles ne sont souvent pas toutes identiques, tu auras sûrement des restaurants et des soirées. Avec cette façon de procéder tu pourras rétablir un équilibre entre ces 7 jours pour rentrer dans tes calories hebdomadaires.

Je te rappelle chiffres sont des guides pour te rééduquer et donc être plus en cohérence avec ta physiologie. Lorsque tu te sentiras prêt tu pourras faire confiance à ton instinct. Je te conseille de télécharger dans un premier temps mon ebook sur les bases d’une alimentation saine si tu n’es pas encore à l’aise avec cette notion puis d’aller plus loin dans la nutrition si tu es déjà informé. (Lien vers l’ebook : Les 10 commandements d’une alimentation saine)

Si tu mets d’ores et déjà en place les conseils que je donne dans ce guide tu verras certainement une première perte de poids si elle est nécessaire et une meilleure vitalité. Sache que chaque organisme réagi d’une manière différente alors ne crois pas au régime miracle qui te ferait perdre rapidement du poids sans que cela ne change ton hygiène de vie. Si tu as réellement du poids à perdre c’est que c’est ton hygiène de vie globale est à revoir. C’est lorsque j’ai pris mes responsabilités et que j’ai accepté que j’étais la seule actrice de mon changement tout en faisant preuve de bienveillance et d’amour envers mon corps que j’ai pu mettre en place tout doucement des changements durables.

Enfin, ne remets pas au lendemain les changements possibles au présent, dis-toi que chaque jour à son lot de positif et de négatif, cela fait partie d’un ensemble qui te fait dans tous les cas évoluer. Accepte de ne pas toujours être au top, accepte tes « écarts » car ils ont sûrement été nécessaires à un moment de ta vie.

Aime-toi et tu verras que ton corps te remerciera.

 

Chaleureusement,

 

Alizée

 

Catégories : Alimentation

%d blogueurs aiment cette page :