Ça y est tu souhaites agrandir la famille et accueillir un petit dans la tribu ? Félicitations, tu souhaites tomber enceinte ! Une grande aventure commence, et avec elle des joies, des déceptions et des inquiétudes… Ne t’en fais pas, au travers de mes articles toujours plus nombreux sur le sujet, tes doutes et tes peurs se dissiperont peu à peu !

Je vais te proposer ici des conseils et des astuces afin d’augmenter tes chances de tomber enceinte. Mais avant, je veux que tu saches qu’il n’existe aucune normalité et que la notion de temps peut être bien différente selon les couples. (Dans un souci de lisibilité j’utiliserai le mot couple hétérosexuel pour simplifier l’article mais je pense évidemment à tous les couples homosexuels et toutes les femmes seules qui souhaitent mettre au monde un enfant). Alors ne désespère pas si tu ne tombes pas enceinte dans les 6 mois.

Quand consulter ? La moyenne pour tomber enceinte est de 1 an, au delà, il est judicieux de faire un examen pour évaluer la fertilité du couple. Il peut en ressortir une hypofertilité (qui n’est pas une stérilité !) ou absolument rien. Certains cas d’infertilité restent énigmatiques aux yeux du corps médical.

Je tiens à préciser que c’est une moyenne, certaines femmes mettent ainsi et de manière naturelle beaucoup plus de temps à tomber enceinte alors que d’autres bien moins.

Le facteur temps pour tomber enceinte

 

Tu n’es pas sans savoir que nous n’avons pas la vie entière pour tomber enceinte et tout cela se décide dès ta conception. Lorsque le foetus grandit dans le ventre de sa mère, si c’est une fille, les organes sexuels vont se différencier et tous les ovocytes vont se créer. Ils vont ainsi être en dormance durant toute la première partie de ta vie, jusqu’à ta puberté où tous les processus de reproduction vont commencer à fonctionner. Nous avons donc chacune, un nombre déterminé d’ovocytes dans notre vie. Chaque ovocyte induit un ovule qui peut être fécondé par un spermatozoïde mais aucun ovocyte n’est créé après la naissance.

Plus l’âge avance, moins il existe d’ovocytes. Aussi, la période où une femme est la plus fertile se situe entre 20 et 28 ans. Après cette période la fertilité va baisser progressivement. Cela dépend des femmes mais physiologiquement, les chances de tomber enceinte pendant cette tranche de vie sont plus limitées sans qu’elles soient inexistantes !

C’est important d’en parler, car de nombreuses femmes à l’heure actuelle commencent à faire des enfants autour de cette période et s’étonnent de ne pas tomber enceinte le mois suivant l’arrêt de leur contraception. Crois en ton pouvoir de création ! Cela demande juste un peu de temps.

Après 40 ans, les chances sont encore un peu plus faibles et les risques sont plus grands après 42 ans. Ainsi, si tu tombes enceinte, tu te verras prescrire des examens afin de savoir si le bébé ne présente pas de trisomies. La grossesse sera davantage suivie par le corps médical.

 

L’alimentation pour tomber enceinte

 

Ce qu’il faut privilégier :

1/ Miser sur les oméga 3 : ils sont anti-inflammatoires et favorisent la production normale d’hormones sexuelles.

  • D’origine végétale : avocat, huile de colza, huile de cameline, graines de chia
  • D’origine animale : le poisson principalement (sardine, maquereau, saumon…). Attention à ne pas manger des poissons gras et prédateurs (thon, …) plus de 2 fois par semaine du fait de leur teneur en mercure et autres métaux lourds.

2/ Augmenter sa ration de fibres : elles participent au bon fonctionnement de nos intestins. Un mauvais transit peu favoriser une inflammation du tube digestif et des problématiques de flore intestinale qui peuvent influer sur les hormones de notre cycle.

  • Les aliments riches en fibres : les légumes verts, les légumineuses (pois, haricots…), les céréales complètes, les fruits, les fruits secs, les oléagineux (amandes…)

3/ Mise tout sur les crustacés ! A moi les huîtres ! Riches en zinc, un oligo-éléments qui participe au bon fonctionnement du système reproducteur. Les algues sont aussi d’une richesse incomparable pour ceux qui savent les cuisiner et les apprécier.

  • Huître, crevette, bulot, moule, algue nori, haricot de mer, laitue de mer, …

4/ N’oublie pas les protéines ! Elles sont les briques de ton corps, chaque enzyme, chaque cellule, chaque transmetteur a besoin d’acides aminés (qui composent une protéine) pour se fabriquer. Si tu en manques, il se peut que tes processus physiologiques ne soient pas dans leur plein potentiel. D’origine végétale ou animale, il ne faut pas mettre de côté ce macronutriment essentiel à notre vie.

  • Les aliments riches en protéines : Viandes, oeufs, produits laitiers, légumineuses (lentilles, pois…) 3/4 + céréales 1/4, graines de chanvre, spiruline, …

 

Ce qu’il faut éviter !

À bas les produits industriels, les plats cuisinés et les sucreries ! Fuis les listes d’ingrédients à rallonge, les produits transformés avec des additifs, colorants et exhausteurs de goût… Ici un lien de mon article complet sur le sujet :

Les produits ennemis du cycle féminin 

 

Augmenter ses chances de tomber enceinte

L’exercice physique pour tomber enceinte

 

Le luna yoga ou yoga de la Lune. C’est un type de yoga axé sur le ressentis des énergies et la mobilisation du bassin afin de libérer toute la zone des organes sexuels. C’est une pratique douce mais aux effets puissants. Ce yoga peut se pratiquer même si tu n’es pas sportive et permet de réguler tes cycles, provoquer des ovulations et ainsi augmenter tes chances de tomber enceinte.

Les danses de fertilité : elles puisent leurs origines dans toutes les traditions ancestrales. Elles permettent de provoquer soit une ovulation, soit les règles. Elles sont très puissantes et sont à apprendre accompagnée d’une femme initiée.

Le chi gong : c’est une pratique qui mobilise les énergies internes. Le chi gong favorise la libre circulation de l’énergie dans le corps et lève des barrages. Il permet de réguler les processus tant physiologique que psychologique. Il calme le mental et accroît l’énergie de vie.

 

 

La relaxation et la psychologie pour tomber enceinte

 

1/ Baisser son taux de cortisol (hormone du stress qui induit des irrégularités d’ovulation) par des techniques de relaxation : la relaxation de Shultz, la relaxation de Jacobsen, l’auto-hypnose, la sophrologie, le yoga nidra, la méditation, la musicothérapie…. Toutes ces pratiques permettent d’entrer dans un état de relaxation profonde qui permet au corps de se régénérer.

2/ Etre dans l’instant présent : pratiquer la pleine conscience, c’est à dire être focalisée sur ce que l’on est en train de faire et non dans nos pensées. La méditation peut nous y aider, la contemplation aussi. Simplement ressentir tout ce qu’il se passe en chaque moment. Quand j’épluche une carotte, je le fais pleinement, je la ressens sous mes doigts, je la regarde, et je ne pense pas à mes prochaines courses. Se permettre cela plusieurs fois par jour est une pause que l’on s’accorde qui est très bénéfique pour notre santé mentale.

3/ Rencontrer ses peurs : parfois le blocage viens d’une peur de la grossesse ou du fait d’être mère. Elle peut être complètement irraisonnée mais doit être prise en compte. « Je ne veux pas accoucher », « J’ai peur d’être mère », « Je ne suis pas prête à être maman », « Je ne veux pas que mon corps change », « J’ai peur d’avoir un bébé qui se développe dans mon ventre »… Chaque peur est unique, elle est le résultat d’une histoire personnelle et familiale. Ces peurs doivent être connues, acceptées comme telle et dépasser grâce à des techniques thérapeutiques. (hypnose, sophrologie, EMDR, …)

4/ Connaître sa propre conception : parfois le blocage vient d’une peur que notre propre mère a eu lorsqu’elle était enceinte, pendant l’accouchement ou lors des suites de couche. Des phobies lors de la grossesse, une dépression, des crises de paniques, un accouchement très difficile… autant de raisons pour que ton corps et ton esprit soient imprégnés d’une émotion négative face à la grossesse et sa suite. Revoir sa propre histoire peut être une bonne chose quand la conception semble être difficile.

5/ En savoir plus sur la lignée féminine de sa famille : dans le même cadre, on peut étendre ses recherches sur toute sa lignée féminine. Ainsi, j’ai pu constater dans mon propre cas, que toutes les femmes de ma famille étaient divorcées et cela depuis le 18ème siècle ! Cela engage un rapport différent avec les hommes, le mariage et la famille. Toi aussi, tu as peut-être des particularités dans ta famille qui te permettront de comprendre ton histoire, tes peurs et tes doutes.

 

 

Les techniques alternatives pour tomber enceinte

 

La lunaception : une technique afin de provoquer des ovulations et ainsi savoir les jours où nous sommes les plus fertiles. Avec cette méthode, on règle son cycle sur les phases de la lune. Un cycle lunaire correspond à 28 jours, à l’image d’un rythme régulier menstruel. Le but est de provoquer l’ovulation lors des pleines lunes. Je ferai un article plus long sur le sujet et plus détaillé mais je te présente ici un résumé de la méthode :

  • Dormir dans le noir complet (sans radio réveil, avec des boudins en bas de porte…) du 1er au 11ème jour du cycle (à savoir que le premier jour est le début des règles)
  • Mettre une lampe de chevet faible intensité (environ 40 watts) au pied du lit durant 3 nuits de suite (12ème, 13ème & 14ème jours)
  • À partir du 15ème jour, dormir dans le noir complet jusqu’à l’arrivée des règles puis recommencer le cycle.

 

La méthode sympto-thermique ou le lady-comp : Reconnaître son cycle, les signes avant coureurs de l’ovulation peut augmenter tes chances de tomber enceinte. Aussi, tenir un journal de bord de tes cycles permet d’être plus en lien avec ton intimité et ainsi accroître tes chances de tomber enceinte. À la fin de l’article « Se protéger sans altérer sa santé », tu pourras voir les différentes méthodes naturelles de contraception qui pourront aussi t’aider à tomber enceinte !

Se protéger sans altérer sa santé 

 

L’acupuncture : peut lever certains blocages énergétiques et rétablir certains déséquilibres qui pouvait enrayer la conception

 

L’ostéopathie : certains blocages mécaniques peuvent induire une hypofertilité. L’ostéopathe contrôle l’ensemble du corps afin de vérifier sa fluidité. Le placement du bassin, le crâne, les intestins, un check up peut permettre de voir certains blocages qui pourraient rendre difficile les ovulations. Il existe encore des ostéopathes qui pratiquent une ostéopathie par voie interne qui est plus efficace dans certains cas afin de redonner de la mobilité au corps et à l’utérus. Pour en savoir plus voici un lien intéressant sur le sujet :

Manipulations générales en ostéopathie pour les déséquilibres de la sphère pelvienne

 

Le jardinage : faire croître et voir grandir, peut augmenter notre propre potentiel créatif. Mettre les mains dans la terre peut nous reconnecter à la Terre-mère et nous ancrer plus profondément à elle.

 

L’art : musique, peinture, dessin, activités manuelles… Créer peut nous amener vers notre potentiel de création inné. C’est aussi exprimer l’inconscient d’une manière plus libre et ainsi débloquer des schémas et des mémoires enfouis.

 

Testes car c’est en tâtonnant que tu trouveras les pratiques qui t’aident à concevoir, à être plus en accord avec ton cycle et avec les cycles de la vie plus globalement.

 

Lumineusement,

 

Alizée

 

Photo de couverture by freestocks.org on Unsplash

Photo by rawpixel on Unsplash


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :